Introduction
English
Nederlands
Turkish
Russian

Le désastre de la Mer d’Aral est maintenant largement connu du public. Ce qui l’est moins c’est que la même menace pèse sur d’autres pièces d’eau remarquables. Entre autres, nous citerons la Mer Caspienne, le Lac Balkhach au Kazakhstan, Le Lac Qinghai en Chine, les lacs Ohrid et Prespa dans les Balkans, plusieurs lacs en Turquie et le Lac Mono en Californie.

Le but essentiel du projet Eurasia est de faire connaître au public ces menaces qui pèsent sur l'environnement de pays voisins de l'Europe. Le moyen choisi est de produire une série d'émissions télévisées dont les résumés sont disponibles sur ce site. En informant la population européenne, notre but est de faire pression sur les gouvernements des pays concernés et sur les organisations internationales afin qu'une solution soit apportée à ces problèmes environnementaux dans les plus brefs délais.

Le désert fleuri
à Repetek
(Turkménistan)
MustaghAta vu des rives
de Kara Kul
au Tadjikistan

Nous nous intéresserons essentiellement à l’Eurasie Centrale, à ses déserts et à ses lacs pour deux raisons : d’abord parce qu’il est encore temps d’agir. Contrairement à d’autres pièces d’eau pour lesquelles le point de non retour est déjà dépassé, la plupart des lacs de l’Eurasie Centrale peuvent encore être sauvés de même que la plupart de ses déserts. Ensuite parce que cette région mal connue nous offre un héritage culturel d’une richesse considérable et qu’elle a tout à gagner d’être mieux connue du public. A conditions toutefois que les visiteurs et les visités sachent respecter et préserver non seulement la richesse historique mais aussi celle d’un écosystème remarquable.

Les problèmes que connaît et que risque de connaître l’Eurasie Centrale sont bien plus nombreux que ceux que nous allons évoquer. La guerre paraît le plus grave de tous ; elle sévit dans certains pays que nous avons visités et elle en menace d’autres. Même si la guerre paraît un problème encore plus grave que l’ hydrologie, il ne nous appartient pas d’en parler autrement que comme conséquence probable des catastrophes environnementales que nous allons vous présenter. En réalité, les problèmes les plus graves que peut connaître une région sont ceux liés à son environnement et aux manques qu’ils entraînent. La guerre n’est jamais qu’une conséquence plus ou moins directe des problèmes environnementaux. S’il est gênant de manquer de pétrole, il est mortel de manquer d’eau potable.

Il est difficile de ne pas envisager aussi les conséquences économiques et financières des catastrophes environnementales. Le désastre de la Mer d’Aral et l’extension de ses retombées bien au delà du Karakalpakstan en sont une illustration. Les investissements dans des zones à risque environnemental élevé comme le Nord de la Mer Caspienne peuvent être à l’origine de catastrophes financières globales. Par contre, même si les pays de l’Union Européenne risquent de devoir participer au financement des travaux d’aménagement ou de restauration de l’environnement de ces pays qui sont nos voisins, nous ne devons pas négliger les retombées positives de ces travaux pour nos entreprises ni les emplois qu’ils créeront aussi bien chez nous que dans les pays concernés.

Chameau de Bactriane
sur une plage de Yssik Kul
au Kirghyzstan
Le Registan à Samarkand
   (Ouzbekistan)

Il aurait été injuste de ne présenter au public européen que les problèmes connus et posés par les pays d’Eurasie Centrale. Non seulement pour rendre ces émissions attrayantes mais surtout pour déjà entreprendre une action positive en faveur de ces pays, nous avons voulu montrer ce qu’ils ont de plus merveilleux à nous présenter. Leur nature est riche et variée, leur héritage culturel est exceptionnel, leur population est accueillante et leur table peut être d’un très bon niveau. Nous ne pourrons pas tout montrer ; cent trente émissions n’y suffiraient pas et nous n’en avons que treize. Nous avons juste soulevé le coin d’un voile. Que ceux qui désirent voir plus se rendent sans tarder en Eurasie. Qu’ils aiment la mer ou la montagne, l’histoire ou l’équitation, le désert ou la forêt, ils ne regretteront pas leur déplacement.

  Home